Navigation – Plan du site
Carnet des spectacles et des professionnels
Chroniques de spectacles

Fautes d’impression de Laurence Sendrowicz

Zoé Schweitzer
p. 179-183
Référence(s) :

Fautes d’impression écrit et interprété par Laurence Sendrowicz ; mise en scène et scénographie : Nafi Salah ; musique originale : Meïr Salah et Yaacov Salah ; lumières : Pascal Noel ; costumes : Esther Marty-Kouyate. Manufacture des Abbesses, Paris, août-octobre 2014

Texte intégral

1La traduction pour sujet, une traductrice (tourmentée) pour person­nage : voici l’objet original qui est offert au spectateur de Fautes d’impression. Laurence Sendrowicz est connue des amateurs de théâtre pour ses traductions du plus célèbre dramaturge israélien moderne, Hanokh Levin (1943-1999). Elle traduit aussi, notamment, l’œuvre de Zeruya Shalev (1959), qui a obtenu le Prix Femina Étranger en 2014 avec Ce qui reste de nos vies. Laurence Sendrowicz est également comédienne. Ses deux activités sont associées ici pour en former une troisième : une pièce sur la traduction, qu’elle interprète.

2Le sujet en est simple : Fany Barkowicz, traductrice des romans policiers de Daniel D, auteur à succès, mère de Simon et Mickaël, femme de Manu, a envoyé à l’éditeur non la traduction qu’elle doit remettre, mais son propre récit, qui a pour sujet l’aventure épique et bouleversante de son père et de son oncle qui ont échappé à la déportation en 1942. La pièce commence lorsque l’éditeur redouté l’appelle pour la féliciter, inconscient de la subtilisation, et s’achève avec la reprise du manuscrit original et l’envoi de la traduction prévue.

3Une scénographie minimale – une boîte noire, une table de café, un pu­pitre et un tabouret rouge – sans affectation décorative, des éclairages précis et utiles offrent un écrin à la comédienne qui occupe seule la scène pendant près d’une heure. Sa voix est parfois relayée, ponctuée ou prolongée par quelques effets sonores, qui ne sont jamais illustratifs. À aucun moment, la pièce ne tombe dans le recueil de bons mots et d’anecdotes, florilège d’épisodes plaisants, piquants ou bouleversants, ou ne se transforme en expérience illustrée des bonnes et mauvaises manières de traduire. Cela tient à la fois au jeu sensible de la comédienne et à la simplicité de l’écriture dramatique qui soutient une intrigue soigneusement construite.

4Mettre en lumière ce qui est normalement tu. Traducteur aux premières loges, traducteur sous les projecteurs, tel est le pari dramaturgique de la pièce. Les jeux de miroirs ne s’arrêtent pas aux échos thématiques entre le roman à traduire et le récit écrit, entre le personnage de la pièce et la biographie de l’auteur ; l’histoire de cette Fany Barkowicz semble en effet rejouer, sur un mode sombre et parfois amer, le projet théâtral, réussi et abouti, de Laurence Sendrowicz : la pièce commence donc quand la tra­duc­trice raccroche le téléphone et se trouve entraînée dans un tourbillon d’actions, de pensées et de souvenirs qui s’achève par l’effondrement de la jeune femme et la remise à l’éditeur du bon manuscrit grâce à un mari diligent qui plaide l’erreur électronique. Tentative d’émancipation de la traductrice, peut-être aussi de l’épouse serviable et de la mère dévouée toujours inquiète pour ses (grands) garçons. Le retour à la normale clôt ce qui semble devoir rester une parenthèse, vaine tentative d’échapper à la condition ancillaire de traductrice. Mais à la faveur du spectacle de Laurence Sendrowicz qui représente les vains efforts de la traductrice Fany Barkowicz pour passer sous la pleine lumière et avoir la reconnaissance désirée et méritée, la traduction est sortie de l’ombre pour devenir un matériau dra­matique. Il ne s’agit pas seulement d’un divertissement réflexif sur le modèle de nombreuses comédies musicales dont l’intrigue tourne autour de la création nouveau show à Broadway, mais d’une représentation, drama­ti­sée et plaisante, de la condition ontologique de traducteur, pris dans les rets d’exigences multiples et contradictoires, et d’un éloge de la traduction.

5L’image du passage, du franchissement structure le spectacle : elle n’est pas seulement une métaphore convenue pour décrire la traduction, donc particulièrement adaptée à résumer le sujet de cette pièce qui porte sur le travail du traducteur et les difficultés du transfert linguistique ; elle se trouve aussi actualisée en un sens à la fois très concret et beaucoup plus tragique, avec le sujet du récit de la traductrice de la fiction. Son récit raconte comment son père et son oncle ont échappé à la déportation en franchissant des montagnes grâce à l’aide d’un passeur habile. Le passeur est donc celui qui sauve et permet la survie grâce à sa bienveillance et à son intelligence. D’un passeur l’autre, il est tentant, et assez bouleversant, d’imaginer que la vocation de l’une tire son origine de l’action de l’autre, voire qu’une même éthique est à l’œuvre, faite de fidélité et de dévouement. C’est un autre passage qui s’opère entre Fany Barkowicz et Laurence Sendrowiz : la dra­ma­turge glisse du théâtre au récit, entremêle fiction et témoignage, tandis que le personnage de théâtre transforme un épisode autobiographique fondateur et poignant en un récit, et cette mémoire vive, sauvée de l’oubli, garantit la continuité entre les générations et les époques, entre les vivants et les morts. Fautes d’impression associe ainsi trois idées du passage qui sont étroitement solidaires : traversée d’une terre à une autre, conçue comme espace géogra­phique et aire linguistique, franchissement des mondes, à la fois la mort et de la vie, le passé et le présent, le témoignage et l’imagination, et continuité éthique, dans l’action et la pensée. Le geste délicat de la main de la comé­dienne qui désigne cette époque inoubliable et révolue est celui-là même qui nous renvoie au présent de la scène et de l’histoire.

6En tissant l’histoire tragique passée et les aventures burlesques du présent, grâce à une mise en scène qui évoque subtilement cette année 1942, notamment par des effets sonores, et un jeu au large chromatisme, l’aven­ture singulière devient histoire commune, si bien que c’est finalement un double mouvement qui se joue, à la fois affirmation de la nécessité du passage et possibilité pour le spectateur de se trouver au lieu même où il s’accomplit, dans un espace aux contours mobiles, c’est-à-dire, d’une certaine manière, à un endroit analogue à celui où se trouve le traducteur en plein travail.

7Les ruptures constantes de tonalités et de styles et les trouvailles langagières sont deux ressorts de la réussite du spectacle. Les premières empêchent le spectateur de tomber dans une passivité distanciée en le main­tenant dans un éveil réflexif et créatif qui permet d’accueillir les secondes. Le texte est émaillé d’images percutantes, d’expressions efficaces dont la pertinence suscite l’assentiment immédiat du spectateur. Deux exemples : traduire c’est respirer avec, ou la description de la traductrice en « fourmi-mouche », monstre impuissant, toujours pris entre deux exigences, la rigueur et la fidélité. Que ces deux éléments se trouvent aussi dans de nom­breuses pièces de Levin éclaire la genèse créatrice de la pièce de Laurence Sendrowicz : l’expérience de la traduction n’est pas seulement un thème, riche d’effets comiques, que l’on pourrait croire extérieur ; elle nourrit en profondeur la création dramatique de l’auteur et constitue cet ingrédient essentiel qui permet justement la transformation des aventures diverses en une œuvre sensible et juste.

8L’intérêt pour la traduction s’observe également dans le champ univer­sitaire et critique. En est emblématique l’ambitieux projet d’une Histoire des traductions en langue française du Moyen-Âge au xxe siècle, dont deux volu­mes consacrés au xixe et aux xviie et xviiie siècles ont déjà parus (Verdier, 2012 et 2014). Ces ouvrages auxquels ont contribué de nombreux cher­cheurs spécialistes de langues et de disciplines différentes dressent conjointe­ment une histoire de la notion de traduction et de ses théories et une histoire des pratiques et des œuvres traduites, sans se restreindre au strict champ littéraire. Bref, tout se passe comme si notre époque polyglotte et mondia­li­sée s’intéressait au geste de la traduction et au métier de traducteur en tant qu’ils sont des lieux de négociation privilégiés entre les cultures et les indi­vidus et une modalité fondamentale, sinon exemplaire, de la transmission.

9Entre la pièce de Laurence Sendrowicz et cette somme critique, il existe des liens manifestes. D’une part, montrer les succès et les erreurs de traduc­tion, la difficulté foncière du transfert d’une langue à une autre, c’est aussi inviter à réfléchir aux délimitations, aux déterminations, aux manières de penser et d’agir. L’auteur de Fautes d’impression puise dans sa connaissance de l’hébreu et sa pratique des jeux lexicaux et des divergences de conceptions qui sont propices à des quiproquos et des malentendus riches d’effets comiques, mais sources aussi d’interrogations sur notre perception du monde. D’autre part, c’est toute la fécondité créatrice de la traduction qui apparaît. Que le traducteur soit un interprète et la traduction une création originale, avec ses qualités propres, et pas seulement une dégradation d’un texte initial, voilà des idées qui peuvent paraître banales mais qui, étant pré­cisément montrées et illustrées, se trouvent dotées d’une pertinence accrue. Le personnage de Fautes d’impression, par sa trajectoire même qui l’amène à écrire un récit bouleversant sur son histoire familiale qu’elle réussit à faire passer pour la traduction d’un roman auprès de son éditeur, l’illustre sur un mode à la fois comique et grinçant. La pratique de la traduction est une pra­ti­que littéraire, à la fois palliatif et dérivatif d’un désir d’écrire qui n’ose aboutir. Si la traduction est présentée comme un piège par le personnage de Fanny Barkowicz qui n’ose faire lire son récit ni se dévoiler comme auteur, elle est aussi ce qui lui permet de mener à terme une œuvre originale, qu’elle donne à entendre par le jeu des dialogues de la pièce, et qui permet au spectateur de la considérer comme écrivain, de même que l’auteur de la pièce. C’est aussi à une réflexion sur notre monde délimité, déterminé qu’invite Fautes d’impression, sur la nature du geste créateur et la place du texte dans la société.

Laurence Sendrowicz dans Fautes d’impression

Laurence Sendrowicz dans Fautes d’impression

Photographie du spectacle

Haut de page

Table des illustrations

Titre Laurence Sendrowicz dans Fautes d’impression
Légende Photographie du spectacle
URL http://skenegraphie.revues.org/docannexe/image/1245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoé Schweitzer, « Fautes d’impression de Laurence Sendrowicz », Sken&graphie, 3 | 2015, 179-183.

Référence électronique

Zoé Schweitzer, « Fautes d’impression de Laurence Sendrowicz », Sken&graphie [En ligne], 3 | Automne 2015, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://skenegraphie.revues.org/1245

Haut de page

Auteur

Zoé Schweitzer

Elle est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Saint-Étienne. Ses recherches portent sur le théâtre européen des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ainsi que contemporain, en particulier les réécritures de l’antique et les œuvres tragiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
  • Logo Sken&graphie
  • Logo ELLIADD – Édition, Lanages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • Revues.org