Navigation – Plan du site
Carnet critique

Jean-Luc Lagarce et la mise en voix radiophonique

Justine Colom
p. 115-127

Texte intégral

  • 1  Jean-Pierre Martin, « Beckett on the air and the broadcasting corporation », dans Isabelle Chol (d (...)

L’écrit-radio est un entre deux du roman et du théâ­tre : voix sans mise en scène, sans représentation, sans réponse ; relation d’absence ; magie sans rituel, où l’aura de la voix est à la fois figurée (elle vient d’ailleurs) et dis­tanciée (elle est reproduite techniquement)1.

1Écrire des pièces de théâtre pour la radio, c’est se confronter à une lecture à voix haute qui supprime la scène visible. Historiquement, on comprend donc que des textes spécifiques, formellement identifiables, aient été écrits pour la radio. Pourtant, il existe aussi des textes de théâtre qui peuvent se prêter sans difficulté à la fois à la mise en voix radiophonique et à la mise en scène, alors que d’autres ne peuvent tout simplement pas tenter la double expérience à cause de leur longueur, de l’importance de l’action dramatique, du mouvement et de tout ce qui implique qu’un texte soit écrit pour être vu sur scène.

2Dès ses premiers pas dans le monde du théâtre, grâce à Lucien Attoun, Jean-Luc Lagarce s’est confronté à la diffusion de ses pièces sur les ondes sans qu’il les ait écrites spécifiquement pour ce médium. À de nombreuses reprises, elles ont d’ailleurs été d’abord entendues avant d’être représentées et éditées. Cet article s’interrogera sur le lien qu’entretenait le dramaturge avec la radio. Il s’appuiera principalement sur la correspondance entre Lagarce et le couple Attoun, récemment éditée2, qui permet de comprendre la naissance et l’évolution de la relation entre un jeune dramaturge et ses mentors, entre une œuvre théâtrale et la radio. Il tentera également de com­prendre pourquoi son théâtre se prête à l’exercice de la lecture radio­pho­nique, tout en mettant en valeur les adaptations qui ont parfois été rendu nécessaires, désormais accessibles en ligne3, et en s’interrogeant sur leur logique. Si Lagarce a su se frayer un chemin jusqu’à France Culture, il s’est parfois retrouvé face à des échecs importants qui ont été jusqu’à interrompre son écriture, comme ce fut paradoxalement le cas pour Juste la fin du monde, pièce sans doute devenue la plus emblématique de son auteur.

Attoun et Attounette

3Lucien et Micheline Attoun, que Lagarce nommait affectueusement Attoun et Attounette, présentent un désir permanent de découverte et de partage dans le monde du théâtre français. Ils sont les directeurs de l’équipe de Théâtre Ouvert, structure née à l’invitation de Jean Vilar en 1971 au Festival d’Avignon, qui devient permanente en 1976 et s’installe à Paris en 1981. La création de Théâtre Ouvert ouvre les portes à de nombreux dra­maturges inconnus qui souhaitent faire connaître leurs œuvres. Théâtre Ouvert s’est associé très vite à France Culture afin de permettre à des auteurs contemporains de faire découvrir leur talent de dramaturge par le biais de la radio : Lucien Attoun y a créé l’émission « Nouveau Répertoire Dramatique », produite de 1969 à 2002. Dans son entretien avec Sabine Bossan pour le site internet Entr’Actes4, il explique que l’intérêt était de pouvoir faire entendre des pièces à la radio avant de les voir sur les planches lorsque la mise en voix se révélait être un succès. Le « Nouveau Répertoire Dramatique » reçoit des pièces qui mettent le langage au premier plan. Les jeunes auteurs envoient ce que Lucien Attoun nomme des « radiodrames », pièces écrites en vue d’une diffusion à la radio mais qui visent à monter sur le « plateau »5.

4Le 25 juin 1976, Jean-Luc Lagarce, à 19 ans, envoie sa première lettre à Lucien Attoun, depuis Valentigney où vivent ses parents : il vient d’obtenir son baccalauréat et débute ses études de philosophie à Besançon.

  • 6  Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », première lettre, p. 11.

          Valentigney, le 25 juin 1976
Monsieur,
Je me permets de vous faire parvenir un manuscrit en espérant que vous voudrez bien vous y intéresser.
Mon adresse :
Monsieur Lagarce Jean-Luc,
41, rue des Buis,
25700 Valentigney.
Veuillez recevoir, monsieur dans l’attente d’une réponse, l’expression de mes sentiments les meilleurs
6.

  • 7 Une exception, Retour à la citadelle, « qui doit bien être le seul texte jusqu’ici “oublié” par la (...)

5Cette lettre est accompagnée d’un ensemble de pièces manuscrites inti­tulé Les Vacances, dans lequel figure Erreur de construction. En réponse à cet envoi, Lucien Attoun exprime son intérêt pour deux des pièces, Les Vacances et Erreur de construction et propose à Lagarce de soumettre l’ensemble des pièces au comité de lecture de la radio ; mais il ne parvient pas à faire accep­ter les pièces au Nouveau Répertoire Dramatique. Lagarce devra attendre 1979, un an après la création de sa propre compagnie, La Roulotte, qu’il fonde avec des amis du conservatoire d’art dramatique de Besançon, pour entendre sa première pièce à la radio : Carthage encore, jamais portée à la scène, qui sera également édité dans la collection des Tapuscrits de Théâtre ouvert avec le Voyage de Madame Knipper vers la Prusse orientale. Douze autres de ses pièces seront mises en voix à France Culture de son vivant, le plus souvent peu de temps après leur achèvement7 : La Place de l’autre, en 1980, cas particulier puisque cette courte pièce à deux personnages a été écrite directement en vue la radiodiffusion tout en appelant potentiellement une réalisation scé­ni­que ; Les Serviteurs, en 1981 ; Noce, en 1982 ; Vagues Souvenirs de l’année de la peste, en 1983, trois mois après une première mise en scène de Lagarce ; Histoire d’amour (repérages), en juin 1983, mois durant lequel se chevauchent la mise en voix radiophonique et la mise en scène de Lagarce à Besançon dans laquelle le dramaturge joue aussi le rôle du Premier Homme ; Hollywood en 1985 ; Derniers remords avant l’oubli, en 1988 ; Music-Hall, en 1990 ; enfin, Nous, les héros et Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne, en 1994, soit un an avant la mort du dramaturge. En 1997, la dernière pièce du dramaturge écrite en 1995, Le Pays lointain, est adaptée par François Berreur pour sa diffusion sur France Culture en hommage au défunt

Pièces

Date d’écriture

Date de première diffusion
à la radio

Date de la première mise en scène

Adaptation réalisée pour la radio

Carthage, encore

1978

France Culture, 1er janvier 1979.

Aucune mise en scène

Non

La Place de l’autre

1979

France Culture, 27 novembre 1980.

11 mai 2005, Festival Les Rencontres du Point d’eau.

Non

Les Serviteurs

1981

France Culture, 28 novembre 1981.

7 juin 2002, Evreux.

Non

Noce

1982

France Culture, 11 novembre 1983.

24 mars 1982, Besançon.

Non

Vagues souvenirs de l’année de la peste

1982

France Culture, 2 juin 1983.

Mars 1983, Besançon.

Non

Histoire d’amour (repérages)

1983

France Culture, 2 juin 1983.

14 juin 1983, Besançon.

Non

Hollywood

1983

France Culture, 9 février 1985

1er mars, 1985, Besançon

Oui. Version radiophonique non datée.

Retour à la citadelle

1984

France Culture, 6 octobre 1990.

11 octobre, 1990, Bar-le-Duc.

Oui. Version radiophonique non datée.

Derniers remords avant l’oubli

1987

France Culture, 15 octobre 1988.

3 décembre 1998, Beauvais.

Oui. Version radiophonique non datée.

Music-hall

1989

France Culture, 7 octobre 1989.

18 octobre 1989, Besançon.

Oui. Version radiophonique non datée.

Nous, les héros

1993

France Culture, 8 octobre 1994.

14 mai 1997, Aix-en-Provence.

Oui. Version radiophonique non datée.

Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne

1993-1994

France Culture, 26 février 1994.

26 novembre, 1994, Besançon.

Oui. Version datée du 15 novembre 1993.

J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne

1994

France Culture, 10 décembre 1994.

4 mars 1997, Aix-en-Provence.

Non

Le Pays lointain

1995

France Culture, 8 février 1997 ; hommage à Jean-Luc Lagarce.

1er février 2000, Rouen.

Adaptation posthume de François Berreur. Version datée de 1995-1996.

  • 8  Ibid., lettre de Lucien Attoun à Jean-Luc Lagarce, datée du 28 janvier 1977, p. 12.
  • 9  Ibid., lettre de Jean-Luc Lagarce à Lucien Attoun, datée du 2 mai 1991, p. 51.
  • 10  Ibid., lettre de Jean-Luc Lagarce à Micheline Attoun, datée du 23 février 1992, p. 53.

6Depuis l’envoi de sa première pièce, Jean-Luc Lagarce noue une véri­ta­ble amitié avec le couple Attoun, comme on peut le lire dans leur corres­pondance. C’est toujours avec regret que ces derniers annoncent le refus de certaines pièces pour la radio : Les Nouvelles, pièce écartée de son Théâtre complet, est refusée pour la radio, tout comme Erreur de construction, jugée trop proche du comique de Ionesco et pour laquelle Lucien Attoun conseille à Lagarce de trouver un ton « plus intimement personnel »8. La Bonne de chez Ducatel n’est pas non plus retenue pour l’émission. Non sans surprise, on cons­tate également le refus de Juste la fin du monde, écartée de la mise en voix radiophonique9 : cette décision inattendue le réduit au silence pendant un temps, comme il l’explique dans une lettre datée du 23 février 1992 à Micheline Attoun : « Après l’“échec” auprès de Vous et Lucien de Juste la fin du monde, je n’ai pas écrit et sans l’avoir décidé, je suis resté éloigné de vous »10.

De la mise en voix à la mise en scène ou de la mise en scène à la mise en voix

  • 11 La pièce Vagues souvenirs de l’année de la peste est mise en scène pour la première fois en mars 19 (...)

7La plupart des textes de Lagarce ont été diffusés à France Culture avant d’être mis en scène, à l’exception de Noce et Vagues Souvenirs de l’année de la peste11 qui ont d’abord été vues sur scène avant d’être entendues. Lagarce explique l’enjeu d’une radiodiffusion préalable à propos de son texte Nous, les héros, dans sa lettre à Micheline et Lucien Attoun datée du 16 avril 1994 :

  • 12  « nous » fait sans doute référence à Lagarce et ses acteurs et à sa volonté de mettre en scène sa (...)
  • 13  Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », lettre de Jean-Luc Lagarce à Micheline (...)

je serais très heureux naturellement que vous vouliez bien transmettre Nous, les héros à France Culture. Cela serait important pour moi et pour le texte (nous créerons12 si les princes de la programmation du Théâtre-Français, nos gentils hobereaux et fermiers généraux nous y autorisent, aux alentours du 20 novembre)13.

  • 14  Le texte sera diffusé sur France Culture en 1994, mis en voix par Jacques Taroni ; il sera mis en (...)

8La pièce sera diffusée à la radio la même année et ne sera finalement mise en scène pour la première que trois années plus tard. Les textes Music-hall, publié en 1988 et J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne14, publié en 1994, seront également d’abord proposés aux auditeurs avant de con­vaincre les spectateurs. Lagarce explique dans une lettre écrite en 1989 à son ami Joselito, non sans ironie, l’intérêt de ce choix :

  • 15  Ibid., lettre de Jean-Luc Lagarce à Joselito, datée du 16 avril 1989, p. 38.

Music-hall, ma dernière pièce […] sera enregistrée et diffusée sur France Culture, avant la création à Besançon. Ce qui d’un strict point de vue financier va plaire à mon percepteur – vu les nouveaux bureaux qu’on leur a bâtis à Bercy, ils vont être pointilleux, ces gens-là – et d’un point de vue artistique peut rassurer. Une soirée à France Culture rassemble entre soixante mille et soixante-dix mille auditeurs, ce qui doit bien vous faire un siècle et demi de fréquentation de l’Espace Besançon-Planoise15.

9Diffuser ses pièces à la radio est bien un moyen pour Lagarce de faire connaître son œuvre d’une manière peut-être plus efficace et immédiate que la réalisation scénique ; les auditeurs de France Culture sont nombreux et la création d’une mise en scène demande à la fois plus de financement et davan­tage de temps de préparation. Aussi, Lagarce utilise-t-il à de nombreuses reprises sa relation avec les Attoun et France Culture pour favoriser la diffu­sion de ses pièces avant de les présenter sur une scène. La réalisation radio­phonique offre une sorte d’assurance, d’approbation en amont qui lui per­mettront de poursuivre son travail sur chacun de ses textes et d’entamer le chemin de la création scénique.

10Le cas de Carthage, encore est différent puisque la pièce n’a jamais été mise en scène et qu’il faudra attendre la publication du premier tome du Théâtre Complet pour découvrir la pièce. Elle est diffusée sur France Culture en 1979.

Le théâtre de Lagarce : un théâtre pour la radio ?

  • 16  Ibid., seconde partie : « Aujourd’hui, écrire le théâtre avec Jean-Luc Lagarce », [extraits d’une (...)

Je me suis souvent demandé : pourquoi écrire du théâtre ? […] Je crois que je suis très porté par la parole. Les mots avec leurs sons, leurs rythmes. Les ro­manciers que je préfère sont ceux qu’on peut lire à voix haute : Proust, Thomas Bernhard romancier… Au théâtre, ce qui m’importe, c’est comment les acteurs vont dire… Le son, le rythme16.

  • 17  Ibid., lettre de Micheline Attoun à Jean-Luc Lagarce, datée du 20 avril 1994, p. 60.

11Cette profession de foi aurait pu être signée de Samuel Beckett ou Eugène Ionesco qui, comme Lagarce, proposaient un théâtre dans lequel les mots, les sons, les dits et les non-dits prennent tout leur sens. Ce n’est pas un hasard si Ionesco figure parmi les influences du dramaturge, au côté de Marguerite Duras ou de Shakespeare. S’inscrivant dans la veine de son auteur de prédilection, Lagarce propose un théâtre qui donne sa part belle au langage et à sa déconstruction : un langage qui s’écarte parfois consi­dé­ra­ble­ment du langage théâtral classique et qui manifeste tous les méandres de la parole. Lucien Attoun se permettra même de lui demander dans une lettre à propos de J’étais dans la maison et j’attendais que la pluie vienne : « pièce ou roman ? On ne sait. »17

12C’est bien cette utilisation du langage qui fait son originalité et qui le situe dans la continuité d’un théâtre souvent comique et parfois absurde : le jeu sur les mots, leur son, leur place dans la phrase, la syntaxe perturbée, la dialectique du dialogue rompue au profit du soliloque prennent toute la place au détriment de la traditionnelle intrigue. C’est le cas par exemple des Règles du savoir-vivre dans la société moderne, pièce monologale dont la logique repose sur l’inventaire mécanique de toutes les situations d’exercice du savoir-vivre : il s’agit bien de dresser la liste des étapes obligatoires ancrées dans les règles de vie de la société occidentale et auxquelles il est, comme le suppose la pièce, impossible de déroger, de l’acte de naissance au deuil :

  • 18  Jean-Luc Lagarce, Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne, Les Solitaires Intempestifs, (...)

Le deuil est une marque extérieure de la douleur. Il a des règles, on doit les suivre. […] Le deuil de veuve dure deux ans. Le grand deuil, très austère, toute une année. Robe de laine unie, voile sur le visage, châle en pointe, bas noirs en fil ou en laine, les gants pareils, corbeau et rien de plus. Ni fantaisies ni fioritures et pas de rouge aux lèvres18.

  • 19  Jean-Luc Lagarce, Le Pays lointain, Les Solitaires Intempestifs, p. 100.
  • 20 Geneviève Jolly & Julien Rault, Jean-Luc Lagarce, Derniers remords avant l’oubli – Juste la fin du (...)

13Le théâtre de Lagarce semble ainsi pouvoir naturellement s’adapter à la radio ; il ne s’agit pas de mouvements, de jeux scéniques sophistiqués, mais bien de rendre compte de la complexité langagière et communicationnelle à travers ces textes. Les personnages sont souvent figés et lorsqu’ils décident de se mouvoir, ils échouent dans cette tentative d’évolution comme on le re­marque à travers Le Pays lointain : « On se met comment ? […] Ils n’ont pas bougé. »19 Dans beaucoup de ses textes, le dramaturge donne à ses per­son­nages le droit de revenir sur le passé et de pratiquer une sorte d’auto-(psych)analyse par le biais de récits partagés. Ces prises de paroles qui se confondent forment, comme l’expliquent Geneviève Jolly et Julien Rault « une sorte de chœur parlant à l’unisson ou de façon discordante »20. Les personnages ne s’entendent pas plus qu’ils ne se comprennent, et le moindre fil conducteur dans leur communication est sans cesse interrompu par des souvenirs croisés dans lesquels les personnages se perdent eux-mêmes. On en arrive à un théâtre poétique dans lequel la prosodie est essentielle pour une parole qui est la véritable action.

Exigences radiophoniques et adaptations textuelles

14Y a-t-il une logique qui explique l’acceptation ou le refus de pièce à la radio ? Si l’on examine les six premières pièces diffusées, on note qu’il s’agit pour la plupart de pièces très courtes : Histoire d’amour (repérages), qui ne contient pas plus de quinze pages dans l’édition des Solitaires Intempestifs, est d’ailleurs une des pièces les plus courtes de son auteur. Carthage, encore, La Place de l’autre, Les Serviteurs et Vagues Souvenirs de l’année de la peste ne dé­passent pas trente-cinq pages : elles ne nécessitent donc pas de coupure pour entrer dans le cadre d’un programme radiophonique. L’édition, dans la collection des Tapuscrits de Théâtre ouvert, de Carthage, encore et de Vagues souvenirs de l’année de la peste est donc identique aux textes dactylographiés préparés pour les réalisations radiophoniques.

  • 21  Jean-Luc Lagarce, Les Serviteurs, dans Théâtre complet I, éd. Solitaires Intem­pestifs, 2011, p. 1 (...)

15La compatibilité de ces premiers textes de Lagarce avec la radio s’ex­plique aussi par le petit nombre de personnages : Histoire d’amour (repérages) en contient seulement trois ; La Place de l’autre, deux (« Lui, assis » ; « Elle, debout ») ; Carthage, encore présente, quant à elle, deux hommes et deux femmes ainsi que le personnage La Radio ; Noce en présente cinq, Les Serviteurs six dont « La Fille de Cuisine, muette », qui n’apparaitra jamais : dans une didascalie initiale, l’auteur explique avec humour qu’« on ne la retrouvera pas à la lecture. Personne ne fait attention à elle, pas même l’auteur »21. Néanmoins, on peut citer un contre-exemple : Vagues Souvenirs de l’année de la peste dans laquelle on dénombre huit personnages.

16Le peu de didascalies présentes dans la plupart de ces textes peut éga­le­ment expliquer que ces derniers puissent être lus sans modification : la plu­part des didascalies, de type « instrumentales », donnent des indications sur la voix, l’humeur ou sur les temps de silences que la réalisation radiopho­nique peut prendre en compte. La mention « Un temps », qui rappelle Beckett, est une didascalie omniprésente dans ces pièces. Ce sont les seules indications dans Carthage, encore et Histoire d’amour (repérages), en plus des indications sur la musique entendue.

17En revanche, les didascalies de décor et d’éclairage, de mouvements et de gestes, faisant appel à la vue, posent problème pour une lecture radio­pho­nique, surtout lorsqu’elles prennent une dimension « active », et non plus « instrumentale » : elles ont alors une importance pour le drame équivalente à celle du discours. Or, si ces didascalies sont rares dans le théâtre de Lagarce, c’est dans ses premières pièces qu’on en compte le plus, et notam­ment dans La Place de l’autre : on y trouve différentes didascalies de mouve­ments, parfois difficiles à traduire de manière auditive, alors même que la pièce a été conçue en vue de sa lecture radiophonique. Vagues Souvenirs de l’année de la peste et Noce sont introduites par une didascalie initiale servant à placer les personnages sur l’espace scénique et on trouve dans ces deux textes des indications de gestes et de lumière. Dans Les Serviteurs, Lagarce répète ainsi cette didascalie : « Noir. (Peut-être est-ce un des serviteurs qui éteint…) Lumière. » qui oblige à interroger la réalisation radiophonique.

18S’il semble possible de justifier que certaines pièces aient été choisies pour leur mise en voix sur les ondes en évoquant leur brièveté, le peu de personnages qui les anime, l’absence ou la rareté des didascalies seulement utiles à des acteurs et leur metteur en scène, on constate donc que plusieurs textes échappent à cette logique. Noce est une pièce longue, complexe par sa structure et qui appelle la scène, comme le prouve les nombreuses didas­ca­lies. Cela nous invite à croire en la volonté de l’auteur et des Attoun de présenter, dès le début de sa carrière, toute la diversité du théâtre de Lagarce : il s’agirait bien de ne pas le cantonner dans le genre de la « pièce faite pour la radio » mais de souligner la diversité d’un théâtre qui peut à la fois être lu et joué. Quelques années plus tard, Nous, les héros, dans laquelle 11 personnages dialoguent, sera quand même donné à la radio.

19En revanche, à partir d’Hollywood donné à la radio en 1985, presque tous les textes ont subi de légers ajustements pour la lecture radiophonique par rapport aux versions écrites pour la scène, à l’exception de J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne. On peut en faire l’inventaire grâce aux livrets dactylographiés spécifiques mis en forme et reliés par France-culture que Lagarce a le plus souvent conservé dans ses archives. Outre Hollywood, il s’agit de Retour à la citadelle, Derniers remords avant l’oubli, Music-hall, Nous, les héros et Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne.

20Si l’on tente de synthétiser ces adaptations, le plus souvent limitées, on relève des changements dans la structure et la typographie. Les pièces de Lagarce oscillent entre la prose et le vers libre. Certaines ont recours au retour à la ligne systématique : c’est le cas de Music-hall et Juste la fin du monde par exemple. Dans la version radiophonique de Music-hall, le texte est en prose, peut-être pour faciliter la lecture. De même, les quelques retours à la ligne que l’on relève dans le texte original des Règles de savoir-vivre dans la société moderne sont supprimés, mais les blancs typographiques entre para­gra­phes sont renforcés, laissant mieux apparaitre des pauses pour rompre la monotonie du texte récité par un seul personnage. De même, la version radiophonique de Retour à la citadelle est structurée en « séquences » : cette nouvelle segmentation clarifie les étapes de la pièce et son évolution. En revanche, les retours à la ligne présents dans Nous, les héros sont conservés, vraisemblablement parce qu’ils ne compliquent pas la lecture et qu’ils sont essentiels pour marquer des silences, des instants solennels au sein de la pièce.

21Par ailleurs, Hollywood et Derniers remords avant l’oubli subissent des cou­pures assez importantes. Les longues tirades de Pierre, le personnage le plus présent de Derniers remords avant l’oubli, sont raccourcies. Il s’agit sans doute avant tout de garantir une durée adaptée à l’émission. De plus, ces suppres­sions sont souvent liées à une situation d’énonciation ambiguë dans le texte original : sans voir la scène, le jeu d’adresse que Lagarce utilise dans beau­coup de ses pièces, serait confus pour l’auditeur.

22Concernant les didascalies, le traitement est irrégulier. Les didascalies concernant la voix et les intonations sont presque toutes conservées de même que celles qui évoquent l’accompagnement musical. Lagarce main­tient généralement celles qui ont rapport aux gestes et aux mouvements. Ainsi, la version radiophonique de Music-hall conserve cette indication : « il montre au deuxième le pas qu’il faisait, tant bien que mal ». Était-elle des­tinée à être lue en voix off ou proposée comme un défi pour le réalisateur ? D’autres didascalies, plus originales, sont conservées parce qu’elles ne donnent pas seulement des indications de jeu aux acteurs, mais qu’elles mar­quent l’implication de l’auteur : dans Nous, les héros, on peut lire : « ils la regardent tous, longuement et en effet, elle est risible ». Music-hall com­prend également ce type de didascalies : « La Fille les regarde, je crois » : le défi vaut presque autant pour le metteur en ondes que pour le metteur en scène.

23On constate donc que le théâtre de Lagarce a pu se prêter sans difficulté à des lectures radiophoniques, en dehors de coupures pour les œuvres les plus longues. Même lorsque les pièces sont en partie modifiées, il est difficile d’interpréter et de justifier ces changements par le seul transfert de médium dans la mesure où certaines pièces qui semblent peu faites pour la radio y ont quand même été accueillies. Si l’on prend le cas de Retour à la citadelle, une comparaison des versions montrent que c’est le texte préparé pour la radiodiffusion qui a servi de base à l’édition dans la collection des Tapuscrits de Théâtre ouvert : la version radiophonique n’est ici qu’une étape dans la finalisation du texte. En fait, ce qui explique essentiellement l’alchimie entre le théâtre de Lagarce et la radio, c’est d’abord la force de ses mots, de son langage qui donne toute sa place au dire, mais un dire fracturé et multiplié dont le sens est toujours à trouver derrière ce qui est effectivement dit :

  • 22  Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », seconde partie : « Aujourd’hui, écrire (...)

On utilise – c’est peut-être ce que l’on est en train de faire – on utilise une masse de mots pour ne pas dire beaucoup de choses. Au théâtre, c’est peut-être cela qui m’intéressait : comment les gens essaient de préciser leur pensée au-delà du raisonnable22.

24En ce sens, le théâtre de Lagarce avait sans aucun doute trouvé à la radio un lieu idéal, alors que la scène le boudait encore. Mais, comme le théâtre de Claudel d’abord considéré comme poétique et non scénique, il n’allait pas tarder à trouver sa place sur le plateau, montrant toute la pertinence du projet de Lucien Attoun dans son émission radiophonique.

Haut de page

Notes

1  Jean-Pierre Martin, « Beckett on the air and the broadcasting corporation », dans Isabelle Chol (dir.), Écritures radiophoniques, Clermont-Ferrand, Presses uni­versitaires Blaise Pascal, 1997, p. 69.

2  Jean-Luc Lagarce, Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », François Berreur éd., Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2013.

3  Consulter le site : http://fanum.univ-fcomte.fr/lagarce/index.php# sur le­quel figurent les textes originaux de Lagarce, des manuscrits, des brouillons et les versions radiophoniques des pièces diffusées sur France Culture.

4  Entr’Actes est un site internet bilingue (français/anglais) dont la mission est de promouvoir l’écriture dramatique des auteurs vivants d’expression française.
http://entractes.sacd.fr/site.php?l=plan

5  Consulter le site Entr’Actes :
http://entractes.sacd.fr/n_archives/a19/lucien_attoun.php

6  Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », première lettre, p. 11.

7 Une exception, Retour à la citadelle, « qui doit bien être le seul texte jusqu’ici “oublié” par la radio », comme s’en excuse Lucien Attoun dans une lettre du 20 juin 1990 (voir Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », p. 49-50).

8  Ibid., lettre de Lucien Attoun à Jean-Luc Lagarce, datée du 28 janvier 1977, p. 12.

9  Ibid., lettre de Jean-Luc Lagarce à Lucien Attoun, datée du 2 mai 1991, p. 51.

10  Ibid., lettre de Jean-Luc Lagarce à Micheline Attoun, datée du 23 février 1992, p. 53.

11 La pièce Vagues souvenirs de l’année de la peste est mise en scène pour la première fois en mars 1983 au CDN de Besançon avant d’être diffusée sur France Culture le 2 juin 1983. Voir Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », lettre de Lucien Attoun à Jean-Luc Lagarce datée du 24 mars 1983, p. 20.

12  « nous » fait sans doute référence à Lagarce et ses acteurs et à sa volonté de mettre en scène sa propre pièce, dans la mesure où il a écrit Nous, les héros pour ses acteurs de la mise en scène à succès du Malade Imaginaire.

13  Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », lettre de Jean-Luc Lagarce à Micheline et Lucien Attoun, datée du 16 avril 1994, p. 58.

14  Le texte sera diffusé sur France Culture en 1994, mis en voix par Jacques Taroni ; il sera mis en espace la même année par Robert Cantarella et mis en scène en 1997.

15  Ibid., lettre de Jean-Luc Lagarce à Joselito, datée du 16 avril 1989, p. 38.

16  Ibid., seconde partie : « Aujourd’hui, écrire le théâtre avec Jean-Luc Lagarce », [extraits d’une émission de France Culture, « Mégaphonie », diffusée le 5 septembre 1995], p. 72.

17  Ibid., lettre de Micheline Attoun à Jean-Luc Lagarce, datée du 20 avril 1994, p. 60.

18  Jean-Luc Lagarce, Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne, Les Solitaires Intempestifs, 1994, p. 43.

19  Jean-Luc Lagarce, Le Pays lointain, Les Solitaires Intempestifs, p. 100.

20 Geneviève Jolly & Julien Rault, Jean-Luc Lagarce, Derniers remords avant l’oubli – Juste la fin du monde, éd. Atlande, 2011, p. 29.

21  Jean-Luc Lagarce, Les Serviteurs, dans Théâtre complet I, éd. Solitaires Intem­pestifs, 2011, p. 182.

22  Correspondance et entretiens avec « Attoun et Attounette », seconde partie : « Aujourd’hui, écrire le théâtre avec Jean-Luc Lagarce », [extraits d’une émission de France Culture, Mégaphonie, diffusée le 5 septembre 1995], p. 73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Colom, « Jean-Luc Lagarce et la mise en voix radiophonique », Sken&graphie, 3 | 2015, 115-127.

Référence électronique

Justine Colom, « Jean-Luc Lagarce et la mise en voix radiophonique », Sken&graphie [En ligne], 3 | Automne 2015, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://skenegraphie.revues.org/1237 ; DOI : 10.4000/skenegraphie.1237

Haut de page

Auteur

Justine Colom

Elle est professeur de français au lycée Le Grand Chênois à Montbéliard. Durant ses études de Lettres modernes à l’Université de Franche-Comté, elle réalise un mémoire de littérature comparée traitant des langues inventées en fiction. En parallèle de sa préparation au Capes, elle rencontre l’œuvre de Jean-Luc Lagarce lors d’un travail de numérisation des archives de l’auteur.

Haut de page

Droits d’auteur

Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
  • Logo Sken&graphie
  • Logo ELLIADD – Édition, Lanages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • Revues.org